lundi 27 novembre 2017

Poésie : l'espoir de la meute de Philippe Devos.


Merci à Philippe Devos de m'avoir confié son recueil de poésies et de m'avoir fait découvrir son univers !

La poésie de Philippe Devos est une poésie de la fantasmagorie. Même quand les personnages semblent réels, ils passent et s’évanouissent comme dans un rêve, parfois engloutis par des créatures surgies du néant, qui les dévorent impitoyablement, acteurs d’une réalité jugée trop banale.
Car le quotidien est trop simple pour notre auteur, trop lisse, et notre esprit recèle de mondes multidimensionnels, qu’il faut laisser surgir en nous, comme si notre conscience s’ouvrait pour laisser s’infiltrer les noirs marais de notre inconscience, sans limite. La poésie, pour Philippe Devos, est l’art de la libération, de l’assouvissement des passions, de la transformation de nos pulsions en images irrationnelles. Il n’y a plus d’interdits dans sa poésie. La raison elle-même n’y a pas sa place. La douleur y règne, insidieuse, prête à briser la moindre tentation de bonheur, comme un confort méprisable. Il y a chez cet auteur une noirceur baudelairienne. Mais aussi un lyrisme étonnant, quand des descriptions intenses, délirantes, viennent atténuer la nostalgie présente au fond des mots, comme une toile de fond indélébile. Et puis au bout du compte, la paix revient, comme le Phénix renaît de ses cendres. Car au-delà des vers, souvent désabusés, reste la vie, telle qu’elle est vraiment, souvent fade et nourrie de désirs inassouvis.