mardi 27 février 2018

Chronique et interview : Histoires d'elles de Nadia Maître



Résumé de l'éditeur
Histoires d’Elles est un recueil de nouvelles qui nous amène à découvrir le destin de plusieurs femmes. Les héroïnes sont tour à tour des adolescentes torturées, des femmes qui atteignent la ligne d’arrivée de leur vie ou d’autres qui voient leur quotidien basculer dans une spirale infernale. Des femmes affrontant les aléas de la vie, des deuils, des maladies… des femmes face à l’amour aussi. Fragiles, sensibles et fortes à la fois. Ces nouvelles nous dépeignent des femmes uniques, singulières, et pourtant elles nous évoquent chacune une histoire ou quelqu’un que nous avons connu. Telle une liturgie douce-amère, Histoires d’Elles est un portrait de femme alternant teintes sombres et éclatantes.

L'auteure

Passionnée de lecture et d'écriture d'aussi loin que je m'en souvienne, j'ai la chance d'avoir été publiée à compte d'éditeur par Prem'edit.
Je vous livre ici mon premier ouvrage, un recueil de nouvelles abordant la thématique de la femme.
A présent, je me suis lancée un nouveau défi, celui d'écrire un roman qui est déjà bien avancé.
Bienvenue dans mon univers !

Ma chronique

Un grand merci à Nadia pour ce SP qui m'a fait chavirer ! Je l'ai lu d'une traite et le recommande vivement à tous et toutes ! Nous y découvrons la femme sous toutes ses coutures, dans tous ses états, la vie avec tous ses aléas et au centre de ce superbe recueil toujours et avant tout les relations humaines (comme dans L'élève au coeur de sa réussite ! Alors... comment ne pas être émue ?).

J'ai particulièrement apprécié La vie derrière le saule (d'autant plus que l'une des nouvelles que j'ai écrites à 4 mains avec mon époux, Thierry Erhart, traite du même sujet d'une façon très différente : recueil La musique adoucit les moeurs) qui nous fait plonger dans une histoire où le fond et la forme s'entrechoquent, se complètent comme par exemple à travers l'alternance du passé et du présent. Ma seconde nouvelle préférée est "Double Je", dans laquelle la détresse du personnage principal nous touche forcément !

J'ai également adoré "Hors du monde" et sa savante description de la folie, des remords qui peuvent nons ronger, de l'amour rédempteur ou pas...

Toutes les histoires m'ont touchée d'une façon ou d'une autre, pour diverses raisons. Elles sont en outre très bien écrites.

Bravo Nadia pour ce superbe ouvrage !

Interview exclusive

Bonjour Nadia ! Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur vous, sur la femme que vous êtes ?
Mariée, maman d’un petit garçon de bientôt six ans, je me sens femme épanouie dans ma trentaine. Je suis plutôt d’un naturel enjoué contrairement à ce que mes nouvelles peuvent laisser penser. J’aime prendre le temps de m’attarder sur les petits bonheurs du quotidien que la vie nous offre si on y prête attention. Je trouve mon équilibre entre ma vie quotidienne et l’évasion que m’apporte l’écriture.

Quand avez-vous commencé à écrire ?
J’ai toujours aimé écrire, c’est comme une partie de moi. Cependant, mes premiers écrits concrets remontent à l’adolescence où je m’inventais des histoires rocambolesques. Ensuite, il aura fallu attendre la naissance de mon fils pour que je m’y attelle de nouveau. C’est à cette période que j’ai commencé mes « Histoires d’Elles ».

Avez-vous eu un déclic particulier ?
Non, pas vraiment. Un jour, j’en ai eu envie. Je me suis installée devant mon ordinateur et les mots sont venus. Je me suis laissée guider par mes personnages et les histoires se construisaient presque naturellement.

Je suis curieuse !!! Avez-vous des manies d’auteure, de petites habitudes ?
Je serais incapable de vous en dresser la liste ! J’ai beaucoup de petites manies, de gestes presque mécaniques qui envahissent ma vie, pas seulement lors de mes moments d’écriture. Souvent, lorsque je m’installe devant l’écran, je me sers un bon café. J’aime écrire dehors à l’arrivée des beaux jours, mais je me laisse plus facilement distraire par le chant des oiseaux ou le bruit du vent qui siffle dans les arbres. Parfois, j’écoute de la musique si le contexte d’écriture s’y prête, pour m’imprégner de certaines sensations par exemple.

Quelle nouvelle a été la plus facile à écrire ? la plus difficile ?
Honnêtement, je n’ai pas ressenti de difficulté particulière à les écrire. J’ai un procédé d’écriture assez intuitif et les idées arrivent au fur et à mesure que je tape les mots. Pour la plupart, je les commençais sans avoir la moindre idée d’où elles me mèneraient, sans avoir imaginé la chute au préalable.

Quelle est votre nouvelle préférée ?
« La vie derrière le saule ». Je la trouve douce et emplie de poésie malgré la tristesse que l’on peut ressentir pour le personnage. Et puis, comme elle, je ressens une tendresse toute particulière pour les saules pleureurs.

Certaines sont-elles autobiographiques ?
Oui, certaines le sont entièrement comme « Une vie [extra]ordinaire » ou « Souvenirs olfactifs ». Mais dans chaque nouvelle se cachent des petits bouts de moi. Je pense qu’il est difficile d’écrire sans s’inspirer de sa propre expérience, de ses ressentis ou encore de ses souvenirs. C’est d’ailleurs assez drôle de constater que mes lecteurs proches m’ont reconnue au fil de certaines pages. Parfois ce n’est rien qu’un infime détail.


De laquelle parmi vos nombreuses héroïnes vous sentez-vous la plus proche ?
Je me sens proche de chacune d’elles, de différentes manières, sans pour autant avoir vécu les situations auxquelles elles se retrouvent confrontées.

Des projets ?
Je suis actuellement en pleine écriture d’un roman. Je me suis lancée ce défi après avoir appris que mon recueil allait être publié. J’aime beaucoup ce travail qui est très différent de celui des nouvelles. Il demande plus de recherches, plus de réflexion, même si je continue de laisser vagabonder mes personnages au fil des pages. J’apprends à les connaître un peu mieux chaque fois, je m’y suis attachée.

J'ai très hâte d'en savoir plus !!!!

Un gigantesque merci pour cette interview et ce formidable SP !