dimanche 5 août 2018

Chronique : Sapphô, L'éternelle amoureuse. Aurélien Clause et Aurore Guillemette.


C'est toujours avec plaisir que Thierry et moi chroniquons un ouvrage des Éditions Synchronique. La liste est de plus en plus longue (vous la trouverez à la fin de cet article). Un grand merci pour leur confiance et pour leur choix d'ouvrages essentiels et de grands textes.
Aurore Guillemette (Interview à venir !)
a été professeur de Lettres et d'Histoire. Elle a traduit la présente sélection de fragments depuis l'éolien, le dialecte issu du grec ancien que parlait Sapphô. Elle s'attache à faire reconnaître les femmes qui ont marqué l'Histoire antique. Elle a fondé la maison d'édition Belladone


Aurélien Clause 
est auteur et traducteur de poésie. Il a adapté et versifié les fragments du présent recueil. Il a également co-traduit aux éditions Synchronique Gilgamesh - La quête de l'immortalité, la Bhagavad Gita - L'essence du yoga, et L'Art de la Guerre. Il anime l'Arche, une chaîne de vidéos sur YouTube consacrées à la poésie et à l'histoire de l'écriture. 


Notre chronique
L’amour et la poésie célébrés en ces temps lointains et guerriers par une femme libre. Voilà Sapphô. Nous ne prenons pas aujourd’hui la mesure de son défi. Les écrits de Sapphô ont été traqués, comme ont été martelés les noms d’Akhenaton et d’Hatchepsout. Trop sulfureux, trop inconvenants, trop décalés, trop doux en ces temps pré chrétiens où les Dieux eux-mêmes étaient dans le camp des hommes. Lorsque l’on ouvre le merveilleux petit recueil que nous proposent une fois de plus les éditions Synchronique, soucieuses de faire revivre des textes essentiels, ne trouve-t-on pas derrière les mots épars, sauvés d’une impitoyable censure, des sentiments, des émotions d’aujourd’hui ? Et lorsque nous regardons le portrait de Sapphô retrouvé à Pompéï, si belle, si fine, son calame à la main, ne pourrait-on pas aisément tomber amoureux d’elle, vingt-six siècles plus tard ?
Les vers isolés de notre poétesse, retrouvés parfois récemment au fil des découvertes archéologiques sur des papyrus, sont comme les pierres des temples oubliés dans le sable. A nous d’imaginer leur grandeur perdue. Peut-être un jour, dans les rouleaux brûlés d’Herculanum, découvrirons-nous par miracle les œuvres complètes de Sapphô ? Ce serait une victoire sur tous ceux qui ont voulu nous la faire oublier.
Le grand helléniste Jacques Lacarrière, lorsqu’il était étudiant, avait accroché dans sa chambre cette citation de Sapphô :

« Pour certains, la plus belle des choses, c’est une troupe de cavaliers ; pour d’autres un défilé de fantassins ; pour d’autres enfin, une escadre en mer. Mais pour moi, c’est de voir quelqu’un se mettre à aimer quelqu’un. »
Sapphô n’ignorait pas qu’elle dérangeait. Mais elle savait aussi que son talent anachronique franchirait le temps et qu’elle vivrait encore longtemps à travers cette tendresse si nécessaire pour nous tous qui l’avons suivi au fil du temps.

« Oui, je sais que plus tard, quelqu'un se souviendra de moi. »


Description de l'éditeur 
Première grande poétesse de l'Histoire, Sapphô connut dans l'Antiquité une exceptionnelle célébrité. Dixième des Muses, selon Platon, et illustre représentante d'une poésie lyrique renouvelée, son talent inégalé et ses amitiés passionnelles avec les jeunes femmes de Lesbos allaient marquer à jamais l'histoire de la littérature en Occident.
Néanmoins, Sapphô devint vite une figure ambivalente : symbole de l'amour et de la liberté pour les uns, de la perversion pour les autres. Son œuvre fut impitoyablement traquée et détruite par les représentants d'une morale à qui sa vie paraissait condamnable.
Des douze mille vers que son œuvre comptait, quelques centaines seulement ont survécu à l'épreuve du temps. Cette édition illustrée rassemble les plus beaux fragments qui nous sont parvenus, dans une nouvelle traduction qui en restitue l'émotion et le souffle originels.


La vidéo de l'Arche.




Merci infiniment pour cette superbe dédicace ! 

Liens vers les autres articles des Éditions Synchronique : Pour aller plus loin