mercredi 19 septembre 2018

Théâtre : Violette Erhart dans : Bérénice 34-44 -- Adaptation du roman d'Isabelle Stibbe, Mise en scène de Pierre-Olivier Scotto.

Ce seul en scène n'est pas solitaire. Dès son entrée, la jeune comédienne Violette Erhart, chanteuse, danseuse, investit l'espace du Théâtre de Nesle de son pas souple, de sa posture altière, et ses premiers mots tranchent dans la sombre réalité souterraine du lieu pour nous emmener - pouvoir extraordinaire du langage - ailleurs, dans un passé où les personnages qu'elle mime avec un réalisme stupéfiant, nous rappellent que l'oppression, que la persécution, que la disparition de la liberté sont aussi sombres que cette cave où, admiratifs, nous sommes assis. Car si la pièce parle de la montée du nazisme, elle délivre des messages universels, sur la passion du théâtre, sur l'amour, sur le destin qui nous emporte dans le vent de l'Histoire, Histoire où, comme toujours, se révèlent la grandeur et la petitesse de certains. Mais le texte parfaitement adapté du roman d'Isabelle Stibbe, n'est pas moralisateur, il décrit et nous laisse juges. Qu'aurions-nous fait en pareilles circonstances ? Aurions-nous été meilleurs ou plus lâches ?

Le courage comme la peur ne se décrètent pas, il se vivent. La comédienne ne se pose pas en témoin ou analyste d'une situation dont on connaît les tenants et les aboutissants. Actrice jusqu'au bout des ongles, être de chair, sensible, mais forte, elle vit une passion qui emporte tout, et c'est chaque émotion de cette histoire personnelle quelle veut nous faire partager. Et elle y parvient admirablement. Souvent, ses yeux sont tournés vers nous. Mais elle ne nous regarde pas. Elle regarde plus loin, vers les autres, tous ceux qui comme nous seront un jour responsables si la bête immonde de l'intolérance refait surface.
Extrait du spectacle 
Interview de Violette sur Friendly Radio :

Lien vers l'interview de Violette sur l'adaptation du roman.
Merci à Look and Smile pour leurs superbes photographies !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire