dimanche 28 janvier 2018

Magnus Austiste de Christelle Valette -- Chronique



Lorsque Christelle a proposé de m’envoyer son livre, j’ai accepté avec mon enthousiasme habituel ; comme je la connaissais et l’appréciais, j’avais hâte de découvrir ce qu’elle faisait, et je n’ai pas été déçue car conquise dès les premières lignes !
D’une manière générale, je suis sensible à tout ce qui touche à la différence. Savoir reconnaître ce qui différencie les élèves, est selon moi, une qualité primordiale chez un enseignant. Le problème est bien sûr différent dans ce livre où j’ai appris beaucoup de choses, y compris les difficultés incessantes que les autistes rencontrent :
C'était une de ses grandes conquêtes : exister, anonyme, dans l'espace public en mouvement, sans susciter la peur des autres et sans paniquer.
Malgré le mal-être des autistes, j’ai passé un très agréable moment avec Magnus, dans ce roman qui évoque et traduit des problèmes intenses et difficiles, mais qui nous fait aussi voyager. C’est une magnifique histoire. J’ai en outre particulièrement apprécié l’histoire parallèle de Navu qui, bien qu’étant non autiste, rencontre beaucoup de problèmes semblables à ceux de Magnus. Ce qui montre que les autistes vivent avec nous, parmi nous, et que c’est en les intégrant, en partageant leurs vies, que l’on pourra régler leurs problèmes (et les nôtres).
Cette jeune femme, abandonnée enfant, était un peu comme Magnus. Si la panique le prenait, il avait l'impression de ne plus faire qu'un avec la situation qui l'oppressait. Il était envahi par le monde qui l'environnait. Dans ses moments de crise, il lui semblait que la réalité était une béance, qui l'absorbait, comme un trou noir, dont il ne pourrait jamais s'échapper. Dans ses moments de crise, il oubliait quels étaient les contours de sa propre personnalité et il sombrait dans les abysses du désespoir, que les autres lui renvoyaient.

Mais je ne veux pas davantage déflorer ce petit bijou que je vous le recommande vivement !

Merci infiniment Christelle !