dimanche 10 décembre 2017

Symbolisme de l’Arbre de Vie : Physique et métaphysique de Bernard Rathaux - Chronique


L’Arbre de vie, décrit dans la Genèse, représente l’homme, dont le destin est à la fois matériel (les racines) et spirituel (les frondaisons) ; toutefois, dans ce livre d’initiation aux principes fondamentaux d’une tradition née du judaïsme (kabbale vient de kabbalah –réception en hébreu-), l’auteur se garde bien de prendre une position exclusivement religieuse ; il expose, le plus simplement possible, des notions complexes et souvent difficiles à interpréter, notions qui ont une grande importance puisque présentes dans la plupart des cultures et des grandes religions. En effet, à toutes les époques, des écrivains, des philosophes et même des musiciens les ont utilisées dans leurs œuvres, souvent de manière inavouée. Proust (qui avait lu le Zohar) ne disait-il pas qu’il fallait « rompre l’enchantement qui rend les choses prisonnières », et c’est bien de cela dont il s’agit, voir au-delà de l’apparence car le monde est (pour reprendre l’expression au sens médiéval) un Mystère.
La Kabbale se veut un outil de compréhension de ce monde. Libre à celui qui l’utilise de se faire sa propre opinion. La physique nucléaire et l’astrophysique sont aujourd’hui des moyens rationnels qui permettent d’approcher une réalité qui dépasse - comme notre intuition nous porte à le croire- ce que nos sens nous décrivent. Les scientifiques parlent de « théorie du Tout ».
Quoiqu’il en soit, le monde et l’univers nous interrogent et nous interrogeront sans doute à jamais. N’est-ce pas d’ailleurs le sel de la vie ?
D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ?
Gauguin laisse en haut de son tableau exposé au musée de Boston cette question posée pour l’éternité…


Thierry Erhart et Marie-Hélène Fasquel.


L'auteur
Interview.
Autre chronique.

Lien vers la page de La Compagnie Littéraire.

Un grand merci aux Editions La Compagnie Littéraire et à Bernard Rathaux ! Une question ésotérique qui nous interpelle depuis longtemps et que nous allons raconter dans un prochain roman, Le Feu secret.

samedi 9 décembre 2017

Paris by night...

La traduction... tout un programme !

Chers tous,

Un ami m'a demandé conseil et cherchait des livres pour s'entrainer : je me suis dit que c'était l'occasion de partager avec vous tous ce petit billet !
Ces conseils sont bien sûr subjectifs et j'espère que vous serez nombreux à commenter et proposer des ouvrages !!!

En ce qui concerne la stylistique comparée j'adore : Stylistique comparée du français et de l'anglais de J.P. Vinay et J. darbelinet, chez Didier.
Il est complet, simple et toujours d'actualité !


Côté version :
- ABC de la version anglaise, de Françoise Vreck, chez Longman France.
Passionnant, progressif et très complet.


- Initiation à la version anglaise, The word against the word, de Françoise Grellet, chez Hachette Supérieur.
Il nous aide à mieux comprendre le texte anglais, nous propose des procédés de traduction, les difficultés de la version, des traductions à étudier, d'autres textes à traduire.


- Manuel de version anglaise, de M. Ballard et al., chez Nathan Unviversité.
Un ensemble de traductions commentées.


- La traduction de l'anglais au français, de Michel Ballard, chez Nathan Université.
Cours progressif et exercices.


- Lire et traduire, anglais-français, de Claude Denanuelli et Jean Demabuelli, chez Masson.
Beaucoup de traductologie, ouvrage très complet.


Côté thème, je n'ai plus sous la main que :
Initiation au thème anglais, The mirrored image, de Françoise Grellet, chez Hachette Supérieur.
Il contient des explications grammaticales, des exercices et textes traduits. C'est un excellent ouvrage.


Hâte de lire vos conseils !!!! :)

vendredi 8 décembre 2017

Les Anglo-Saxons pour les nulles - Chronique


Présentation de l'éditeur
Un guide de séduction (à prendre au second degré) ou un one woman show à sketches par étude de cas, où toute ressemblance avec une personne vivante ou décédée ne serait que fortuite et involontaire.
Quelques portraits brossés pour démystifier les clichés et prouver que les Anglo-Saxons sont avant tout des gens étonnants dont les Françaises ont beaucoup à apprendre en acceptant de se remettre en question pour les séduire au-delà des a priori et des quant-à-soi.

L’auteur : Mélanie Blitz
Mélanie Blitz est une page blanche que l'on peut habiller comme on veut : cela peut être vous, moi, sa particularité est qu'elle "kiffe" les Anglais au-delà de la normale et ce qu'on aime bien vous "châtie" bien.....

L’éditeur
Marie GALLICHER, née en 1962, est traductrice d'anglais en français, auteure, dessinatrice aux pastels et fusain (elle illustre ses couvertures et l'intérieur de ses livres), ainsi qu'actrice amateure.
Elle pratique l'équitation.


Ma chronique
Professeure d’anglais et de littérature américaine, passionnée par tout ce qui touche le monde anglo-saxon, je ne pouvais être insensible au titre de ce recueil de sketches! Lorsque Marie Gallacher m’a proposé ce SP, je n’ai pas pu refuser…
Et je ne l’ai pas regretté ! J’adore l’humour britannique, je suis une inconditionnelle des Monty Python et ces sketchs à l’humour mordant m’ont fait bien fait rire ! Evidemment tout est à prendre au second degré et Mélanie est bourrée d’a priori, de préjugés qu’elle partage allègrement avec nous, pour notre plus grand plaisir ! Elle est (on ne sait pourquoi et ça fait aussi partie de l’humour de ce recueil) obsédée par notre voisin, l’Anglais, et ne s’intéresse (étrangement) aux hommes de sa vie qu’en fonction de leur origine, voire origines et se moque de savoir s’ils sont tendres, cultivés, passionnés par quoi que ce soit et c’est l’une des raisons qui rendent le personnage principal si attachante.

Lien Amazon.

Un grand merci à Marie pour sa confiance et ce partage et à Mélanie (en anglais... forcément !)

jeudi 7 décembre 2017

mercredi 6 décembre 2017

Le voyage de Kirikoustra - Chronique et Coup de coeur !


Lien vers l'ouvrage.

Présentation
Kirikoustra, lui qui se voulait devenir, se verra peut-être lu par vous cet autre qui dans vos mains détenez un fragment de son histoire, de notre Histoire.

« A travers les âges, je vous mènerai malgré vous à ce présent que vous avez voulu ignorer. Oh ! oui vous qui l’avez chassé, l’Homme Dernier se rappellera aujourd'hui à vous. Alors un peu de courage, le voyage saura se faire court et loin de moi l’idée de vous sortir de votre quotidien, seulement le mettrais-je à la lumière de la pensée, de notre pensée ! »

Ainsi aura parlé Kirikoustra, lui qui par vous aura toujours voulu être compris …

Chronique
Tout commence par l'avant-propos dans lequel Kirikoustra précise que
« cet ouvrage est déconseillé aux personnes adeptes de normes et autres conventions. Dépourvu de toute logique, il vous laissera soit dans l'indifférence la plus totale, soit dans un état quelque peu perplexe. »

Pour moi, ça commence très bien car j’aime qu’un livre me permette de réfléchir, de me remettre en question, de me faire partager des émotions et des idées et Kirikoustra m’a comblée à tous niveaux ! Ce recueil est constitué de fables contemporaines et de contes à la portée universelle et nous touche tous forcément au plus profond de nous-même ! Kirikoustra nous questionne également sur les fondements de notre société, sur ses valeurs, sur ses oublis.

« Ceux qui songeaient simplement à la vie, prenaient le risque d’oublier la leur »

Quant aux AUTRES, ces êtres d'une nature étrange souvent étrangers aux NOUS, mais qui pourtant ne cessaient de les côtoyer, Kirikoustravoyait en eux une façon de se connaître ou peut-être de se reconnaître...

Extrait de "Chronique d'une société moderne"
Age, sexe, couleurs favorites, menstruations...Toutes ces informatons sont à vendre, toutes "mes" informations sont à vendre.
pour un service rendu, me voilà assisté, non plutôt optimisé, serait une bonne manière de résumer e slogan qu'on nous assène à tout va.
Utilisez nos services et vous serez optimisés !

Merci d’avoir partagé le voyage intérieur de Kirikoustra, je sors de cette lecture rechargée ! Cet ouvrage fait appel à la bienveillance, à la compassion et nous rappelle les fondements de notre humanité.

J’ai adoré plonger dans différents univers où les mythes rencontrent notre réalité, où passé et présent de mêlent et s’illuminent, où notre responsabilité et nos questionnements nous font avancer sur notre propre chemin.

Un grand merci à Kirikoustra pour ce partage, cette ouverture d’esprit et ce beau voyage ! Un véritable livre initiatique.
Pour la très sympathique dédicace aussi !!!! :)



mardi 5 décembre 2017

Pour la sortie en version brochée de "La musique adoucit les mœurs" -- Chronique de Sylvie Guérin


Sur Amazon.

Dans "la musique adoucit les mœurs", il y a "musique".
Ça, on voit bien, mélomanes, musiciens, groupes, choristes, professionnels ou amateurs, tous passionnés, tissent la partition cohérente de cet... ensemble... savamment... orchestré...

Il y a "mœurs". Là encore, on suit, car les auteurs nous installent dans des univers qu'ils nous rendent familiers, rassurants dans leur routine parfaitement décrite et quasi-documentaire. De ces milieux prévisibles et tranquilles, quel mal pourrait surgir ?

Pourtant une menace délicate, presque impalpable, s'insinue et instille la possibilité d'un dérapage. Comme la montée en puissance des graves, comme un discret changement de tonalité, comme un violon qui joue faux, imperceptiblement. La dissonance est infime et nous inquiète à peine...

Mais le venin s'est faufilé, insidieusement. Une nouvelle, dit-on, vaut par sa chute ; celles de cet ouvrage, subtiles, choquantes et inattendues fracassent comme un coup de cymbale l'adage dont il est question. Et inversent les propositions d'une publicité célèbre avec l'irruption de la brutalité dans un monde feutré...

Danger, solitude, désespoir, trafics, violence, jalousie, assassinat, crime...

C'est "adoucit" que vous ne comprenez pas?

Sylvie Guérin.


Après Khâgne et Hypokhâgne à Fénelon et une maîtrise mention très bien, Sylvie Guérin obtient le CAPES et devient professeur puis documentaliste.
Grande dévoreuse de livres, elle pratique également le chant choral et le chant jazz.

Sylvie a été la première lectrice et relectrice de ce recueil.